chezmonveto

Nos conseils

Imprimer

picto Tiques et puces, que faire exactement pour les prévenir et les traiter ?


Comment l'animal « attrape »-t-il des puces ?

 

Les puces sont présentes toute l'année mais elles sont bien plus actives et nombreuses dès les premiers beaux jours. Votre chien ou votre chat peut en attraper très facilement au contact d'autres animaux parasités mais SURTOUT à partir des larves présentes dans l'environnement. Ce n'est pas un problème d'hygiène, les animaux les mieux entretenus peuvent en être porteurs !


Quelles sont les conséquences de la présence de puces sur mon animal ?

 

  • Ces parasites ont un effet pathogène direct car ils se nourrissent de sang.
  • Le chien comme le chat se gratte.
  • Chez le chien, des phénomènes d'allergie aux piqûres de puces se traduisent souvent par des lésions de grattage à la base de la queue. Chez le chat, on observe des pertes de poils, l'apparition de boutons et de croûtes essentiellement sous le ventre et sur les flancs.
  • Les puces transmettent des maladies infectieuses et parasitaires. Chien et chat les avalent lorsqu'ils se mordillent : ils peuvent alors contracter une sorte de ténia. L'infestation par ce ver se traduit par la présence aux marges de l'anus et dans les selles de sorte de  « grains de riz ».


Comment mon animal « attrape »-t-il des tiques ?

 

Le chien est plus souvent parasité par des tiques que le chat. Ces parasites qui se trouvent dans le milieu extérieur (broussailles, forêts, jardins), sont plus actifs au printemps et à l'automne, mais peuvent parasiter votre animal toute l'année.


  • Les tiques s'attrappent à l'extérieur
  • Après son repas de sang, la tique
  • Au retour d'un promenade en pleine nature...
  • ...il est important de contrôler attentivement le pelage de votre chien.
  • Pour retirer les tiques...
  • ...il existe de petits crochets faciles à utiliser.

Quelles sont les conséquences de la présence de tiques sur mon animal ?

 

Comme les puces, les tiques se nourrissent de sang. Elles peuvent provoquer des abcès au niveau des sites de fixation.

 

Le chien peut contracter par leur intermédiaire de redoutables maladies : la première d'entre elles est la piroplasmose, due à un parasite microscopique qui pénètre dans les globules rouges et les détruit. Les premiers symptômes sont souvent une baisse soudaine de forme et une perte d'appétit qui s'accompagne d'une forte fièvre (39,5 °C, voir 40° C et même plus dans certains cas), puis de l'émission d'urine foncée. Cette maladie est potentiellement mortelle si elle n'est pas rapidement traitée.

Il existe un vaccin efficace à plus de 90%. Attention, il ne protège pas contre les tiques mais contre la piroplasmose, d'où l'intérêt d'associer vaccin et anti-parasitaires externes.

D'autres maladies plus rares sont également transmises au chien par les tiques : il s'agit de la maladie de Lyme, qui se traduit notamment par des boiteries (un vaccin est disponible) et l'ehrlichiose qui provoque des symptômes proches de ceux de la piroplasmose.

 

Le chat est moins concerné mais peut tout de même contracter par l'intermédiaire des tiques certaines maladies comme l'hémobartonellose qui entraîne fièvre et anémie.

 

Il est donc important d'observer soigneusement et régulièrement le pelage des animaux à la recherche de tiques, qu'il convient d'enlever. Une tique, qui est restée fixée peu de temps sur le chien n'a théoriquement pas eu le temps de transmettre la piroplasmose (il existe des crochets spéciaux qui permettent d'enlever toute la tique, faute de quoi, un abcès peut se former).


Quels produits antiparasitaires externes choisir ?

 

De nombreux antiparasitaires sont disponibles pour éliminer l'infestation et la prévenir.

C'est une véritable stratégie qu'il faut mettre en place car pour être efficace, le traitement doit être parfaitement adapté à l'animal (en fonction de son espèce, de son mode de vie, de son âge...). Il est toujours indispensable de traiter l'ensemble des animaux du foyer ainsi que l'habitation, la voiture... En effet,  90% des puces se trouvent dans l'environnement de l'animal et non sur lui !

 

Chaque année, de nouveaux produits antiparasitaires sont développés. Ils offrent un large choix et permettent, associés ou non, de trouver le plan de bataille adapté à votre animal. Prenez conseil auprès de l'équipe vétérinaire car certains produits peuvent se révéler toxiques s'ils ne sont pas correctement utilisés.