chezmonveto

Nos conseils

Imprimer

picto Mon chien est une vraie tornade !... Le syndrome HSHA


Il est gentil mais on n'en peut plus!

Certains chiens sont vraiment adorables... mais difficiles à vivre!
Ils bousculent tout sur leur passage, détruisent le mobilier, sautent sur les invités et même les familiers, mangent comme des gloutons, aboient sans cesse, bref ils ne sont pas de tout repos et leurs maîtres peuvent légitimement se sentir découragés.


Peut-il s’agir  d’une maladie ?

 

Parfois ..

Il existe effectivement un trouble du développement comportemental appelé "Syndrome d’Hyperactivité-Hypersensibilité" (HSHA) qui comprend plusieurs stades d’évolution. Sans faire d’analogie exagérée les symptômes rencontrés peuvent évoquer le syndrome d’hyperactivité décrit par les pédopsychiatres.

Ce trouble qui est une vraie entité pathologique doit faire l’objet d’un diagnostic précis et être traité comme tel car il a des répercussions parfois dramatiques sur la vie du chien et de ses maîtres.


Quels sont les symptômes qui peuvent alerter le propriétaire ?

 

  • Activité débordante : le chien donne l’impression de ne jamais s’arrêter ! Il réagit à tous les stimuli : une feuille qui bruisse, un objet qui tombe et le voilà reparti !… les jeux sont vite épuisants. La destruction d’objets, de meubles, de vêtements est malheureusement le lot quotidien de ses infortunés propriétaires. Le temps de sommeil réparti sur 24 h est en  général très faible (moins de 8h).
  • Appétit insatiable : le chien donne l’impression d’être un véritable aspirateur ! il pourrait manger  toute vitesse d’énormes quantités ! il absorbe tout ce qu’il trouve même s’il ne s’agit pas de nourriture (objets, tissus, papiers, contenu des poubelles, déjections ) ce qui peut parfois occasionner des chirurgies répétées pour cause d’occlusions !
  • Mordillements incessants : Un chiot qui a appris à se contrôler grâce à l’action éducative de sa mère sait contrôler sa morsure dés l’âge de deux mois en théorie. Les propriétaires de chiots hyperactifs ont parfois les bras couverts de traces de morsure qu’ils banalisent à tort en pensant que « le chiot fait ses dents » !
  • Désobéissance : Les chiots hyperactifs sont très difficiles à éduquer correctement car ils ont beaucoup de mal à se concentrer sur la demande du maître, étant sans cesse sollicités par d’autres événements captivants !
  • Malpropreté : Les chiens atteints d’HSHA présentent fréquemment des retards d’apprentissage à la propreté : il n’est pas rare de les voir uriner en marchant !... ou de les voir uriner au retour dans la maison, n’ayant pas eu la capacité de se calmer suffisamment pour libérer leurs sphincters  lors de la promenade, tant celle ci leur semble excitante.


D’où provient ce trouble ?

 

C’est un des principaux  troubles du développement comportemental, c’est à dire qu’il prend son origine dans les premières semaines de la vie du chiot et a des conséquences sur le développement ultérieur et à long terme.

Le syndrome HSHA peut être du par exemple à un développement dans un milieu très peu stimulant : le chiot n’apprend pas à considérer les stimulations de la vie ordinaire comme normales et va réagir à tout avec excès.

Une des causes fréquentes est l’insuffisance éducative par une mère compétente : chiot séparé précocement de sa mère (c’est la raison pour laquelle la vente des chiots est interdite avant l’âge de 8 semaines – article 215-5-1 du Code Rural), mère malade, trop jeune, ou portée trop nombreuse.


Négligé, le HSHA se solde parfois par un abandon...

Quelles sont les conséquences possibles ?

 

Même si grâce à la patience, aux compétences éducatives de ses maîtres, le chien atteint peut parfois évoluer dans le bon sens (canalisation de son activité) les conséquences d’un HSHA peuvent être dramatiques :

  • Abandon du chien par épuisement des propriétaires, plaintes du voisinage ?
  • Apparition de troubles anxieux invalidants ?
  • Agressivité liée à l’absence de contrôle de la morsure.

Peut-on prévenir ce trouble ?

 

La prévention de ce trouble passe par une bonne sélection des femelles mises à la reproduction et des conditions d’élevage en milieu riche en stimulations analogues à celles du milieu de vie ultérieur ex vie en milieu urbain.

Un dépistage précoce est bien entendu réalisé à l’occasion des visites vaccinales ou lors de la réalisation d’un bilan comportemental du chiot ; à l'occasion de la consultation pubertaire par exemple. Une visite d’achat est également conseillée. Par ailleurs, la loi a instauré depuis peu l’obligation d’un certificat vétérinaire de cession avant la mise en vente d’un chiot (Code rural L. 214-8 et  D. 214-32-2 ; Décret n° 2008-2016 du 25 novembre 2008).


Consultez avant qu'il ne soit trop tard !

Ce trouble se soigne-t-il ?

 

En cas de trouble HS HA avéré, la guérison n'est possible que sur un très jeune chiot. Au delà de l'âge de 4 mois, l’objectif est l’amélioration du comportement et non la guérison.  

Une thérapie comportementale doit être mise en place et nécessite un suivi très régulier, parfois à vie. Le recours aux traitements médicamenteux est la plupart du temps indispensable et sur un laps de temps conséquent (plusieurs mois).

Attention, le médicament seul ne suffit jamais à soigner l'animal, seule la thérapie comportementale permet une amélioration durable.

L’erreur rencontrée est souvent la volonté de se passer de traitement en espérant à tort que cela « passe avec l’âge » ce qui constitue une perte de chance pour le chien.

 

Ce trouble se soigne-t-il ?

En cas de trouble HS HA avéré, excepté sur un très jeune chiot, l’objectif est l’amélioration du comportement et non la guérison. Le recours aux traitements médicamenteux est la plupart du temps indispensable et sur un laps de temps conséquent (6 à 9 mois voire plus). Parfois il peut être entrepris à vie.

Le choix des médicaments utilisés dépend de l’intensité des symptômes et de l’âge de l’animal à la consultation.

L’erreur rencontrée est souvent la volonté de se passer de traitement en espérant à tort que cela « passe avec l’âge » ce qui constitue une perte de chance pour le chien.

La mise en œuvre d’une thérapie comportementale passant par des mesures éducatives personnalisées est toujours nécessaire.


Faut-il toujours consulter ?

 

Oui et précocement ! Cela donnera de bien meilleurs résultats !

 

Mais attention : tout chien très actif n’est pas obligatoirement atteint d’HSHA ! Le diagnostic doit être posé correctement. Il peut en effet s’agir tout simplement d’un animal très actif, nécessitant une activité physique particulièrement importante. Ou encore il peut s’agir d’une éducation inadaptée au profil de l’animal… Dans ce cas quelques mesures simples feront rentrer les choses dans l’ordre pour le confort de tous et le bien être de l’animal !

 

Nous effectuons des consultations spécialisées en comportement à la clinique, n'hésitez pas à nous contacter si vous pensez que votre animal peut souffrir de ce syndrome !

Faut-il toujours consulter ?

 

Oui et précocement ! Cela donnera de bien meilleurs résultats !

 

Mais attention : tout chien très actif n’est pas obligatoirement atteint d’HSHA ! Le diagnostic doit être posé correctement. Il peut en effet s’agir tout simplement d’un animal très actif, nécessitant une activité physique particulièrement importante. Ou encore il peut s’agir d’une éducation inadaptée au profil de l’animal… Dans ce cas quelques mesures simples feront rentrer les choses dans l’ordre pour le confort de tous et le bien être de l’animal !